Le tatouage, Joël Navarro

Aujourd'hui, un billet sur Le tatouage de Joël Navarro !

41hjtycmjul

Je ne sais plus comment je me suis retrouvée avec cette nouvelle dans ma liseuse. Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu une quelconque promotion circuler sur les réseaux sociaux...Je devais probablement errer sur Amazon, à moitié endormie, et j'ai dû la télécharger par hasard. Après, je trouve que la couverture est plutôt pas mal, ceci explique probablement cela. Comme quoi, une bonne communication visuelle, hein...Bref.

La nouvelle date un peu (2014).

Vous pouvez vous la procurer ici : https://www.amazon.fr/tatouage-Jo%C3%ABl-NAVARRO-ebook/dp/B00J0G11VC?ie=UTF8&qid=1469435456&ref_=la_B00J5GY0VK_1_1&s=books&sr=1-1

Elle fait une petite quarantaine de pages et se lit relativement bien. Elle a ses qualités mais aussi ses défauts.

D'un point de vue général, je suis satisfaite de ma lecture, du moins, je ne regrette pas d'avoir téléchargé la nouvelle et je n'ai pas le sentiment d'avoir perdu mon temps (ce qui malheureusement peut m'arriver quelques fois (oui, j'accorde beaucoup d'importance à mon temps!)). Quand je relis mes notes, je me rends compte que j'ai bien ri. 

Bon, commençons par les défauts: les fautes d'orthographe. Certains me diront que c'est inutile de le préciser, que pour les auteurs indépendants, c'est inévitable ; et ils n'auront pas totalement tort. Je crois que lorsqu'on travaille en permanence seul ou lorsqu'on manque de relecteurs compétents en la matière, il est difficile de rendre un écrit impeccable du point de vue orthographique. Toutefois, quand les fautes sont trop nombreuses, la lecture devient beaucoup moins agréable, parce que ces fautes détournent notre attention de la narration. Pour cette nouvelle, j'ai repéré pas mal d'erreurs de conjugaison ( ce qui passe encore plus mal que les petites coquilles de-ci de-là ). 

Autre défaut, et qui là, franchement, pourrait être vraiment rédhibitoire : les erreurs de calcul. Notre personnage principal, Jonathan, est comptable, et un comptable dans l'âme, qui plus est...Deux petites incohérences qui passeront probablement inaperçu aux personnes qui ne chercheront pas à faire le moindre calcul. C'est dommage. Personnellement, j'y vois un grand manque d'attention de la part de l'auteur. Et puis, des incohérences sur 40 pages n'ont pas le même impact que sur 3000. 

D'autres petites choses m'ont semblé un peu floues. Par exemple, lorsque son ex femme demande à Jonathan de ne pas se montrer violent avec son nouvel ami qu'elle prévoit d'épouser. Jonathan n'a jamais été décrit comme un homme violent ou susceptible de le devenir ( du moins il ne semble pas avoir été ainsi perçu par sa femme), mais comme son comportement des derniers temps semble étrange, je me suis dit : " Bon, pourquoi pas..." Disons que parfois, je dois m'obliger à une certaine flexibilité pour ne pas me bloquer dans la lecture. Sur ce dernier point, je ne saurais dire si c'est réellement un défaut de l'auteur ou si c'est plutôt un défaut du lecteur...

Je vous partage le résumé disponible sur Amazon (comment ça flemmarde ?) : 

Un comptable découvre un tatouage sur son dos qu'il n’avait jamais vu auparavant. 
A force de recherches, il comprend qu'il est schizophrène et que son double, la nuit, se permet toutes les fantaisies qu'il s'interdit le jour. Lorsque son alter ego et lui apprennent que leur ex-femme va se remarier, ils se liguent pour faire capoter le mariage. 
Mais d'autres forces sont en œuvre, et si le tatouage était magique ? 

Heureusement pour moi, je ne me souvenais absolument pas de ce synopsis qui en dévoile beaucoup trop à mon goût. Tout ça se déroule sur 40 pages, il ne faut pas l'oublier ! J'ai donc commencé ma lecture l'âme vierge. 

Le personnage central m'a immédiatement séduite: sa déformation professionnelle, son côté comptable à l'extrême, cette manière presque mécanique d'organiser son temps. Joël Navarro a construit son intrigue autour d'un personnage qui semble presque déshumanisé. Il vit seul, replié sur lui-même. C'est un bourreau de travail qui ne semble éprouver de l'affection ni pour ses parents, ni pour ses enfants qu'il ne voit guère que le week-end. Son ex-femme semble être la seule à éveiller quelque chose s'apparentant à un sentiment dans on âme, s'il en possède encore une. 

L'élément déclencheur est une fuite de 50 000 euros dans les dépenses d'un de ses clients (avec lequel la relation est étrange et dont l'histoire fera écho à sa propre histoire). Bien évidemment, cette petite erreur (qui n'en est pas une) va plonger notre comptable (digne d'un robot) dans une perplexité aisément compréhensible. 

Deuxième élément d'importance, ce tatouage qu'il a dans le dos et qu'il ne se souvient pas avoir fait. 

Jonathan se lance donc dans une enquête double pour savoir où sont passés ces 50 000 euros et, surtout, comment il a fait pour se retrouver avec un tel tatouage. 

Le style de l'auteur est vraiment pas mal et quelques phrases sont franchement bien senties. Après une courte enquête, il trouvera les réponses aux questions qu'ils se posent, mais, malheureusement, elles ne seront pas satisfaisantes. 

Son double fait alors sa pleine apparition. Jonathan se rend compte qu'une partie de sa vie ne lui appartient plus, au profit de Thierry (son autre personnalité). Par ailleurs, ce double incontrôlable se trouve dans sa tête, mais les pensées de celui-ci sont inaccessibles à Jonathan. 

L'intrigue est plutôt bien menée. J'ai apprécié la lutte entre Jonathan et Thierry (pour lequel on éprouve plus d'empathie). Thierry se révèle autrement humain que Jonathan; on en viendrait presque à se dire que Jonathan ferait mieux d'abandonner son combat et de laisser Thierry aux commandes. Les ruses qu'il élabore pour coincer son double sont assez drôles. 

Finalement, vous vous en doutez, le lecteur va être propulsé dans l'esprit de Thierry qui nous révélera quelques secrets. 

La chute de la nouvelle m'a beaucoup amusée et m'a semblé totalement absurde (pour mon plus grand plaisir). 

Toutefois, je pense que l'épilogue n'était aucunement nécessaire. J'ai quand même ri, mais de mon point de vue la nouvelle aurait été bien meilleure sans. 

Je vous invite à lire cette petite nouvelle qui n'est pas si mal et qui vous fera passer un bon moment si vous fermez les yeux sur ses quelques petits défauts.

dédoublement de personnalité nouvelle e-book auto-édition tatouage oubli Joël Navarro

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.